Deprecated: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; plgSystemNicePayPalBtn has a deprecated constructor in /var/www/vhosts/expertconfiance.com/httpdocs/plugins/system/nicepaypalbtn/nicepaypalbtn.php on line 35
Confiance en soi
user_mobilelogo

Déja paru : Confiance en soi

Bienvenue dans la section : Confiance en soi

Des articles traitant de cette attitude primordiale à toute personne pour l’aider à avancer vous seront présentés chaque semaine. De plus, des trucs, des astuces et des conseils simples, faciles à mettre en place dans votre vie et pertinents vous seront partagés pour vous aider à atteindre et faire grandir cette confiance en vous.  

Ce thème est tellement large qu’il permet d’aborder un évantail de sujets tous différents les uns les autres en apparence, mais qui se rejoignent au final.  Il y a toujours un lien entre chaque ressource qui vous est partagée.


Vous y ferez, je l’espère de magnifiques découvertes au fil du temps !

bas de page

 

 

 

 

Dans notre quotidien, on entend souvent des gens dire aux personnes qui n’atteignent pas tout à fait l’objectif visé :

  • « Allez ! Continue à te battre, tu vas y arriver. »
  • « Vas-y», bat-toi ».
  • Fonce

Est-ce des phrases que vous avez entendues, vous aussi?

Pour ma part, je ne suis pas en accord avec ces affirmations et je vous explique pourquoi.

La définition de « se battre »

Premièrement, selon la définition du dictionnaire Larousse et Reverso, on s’aperçoit que se battre signifie :

  • Combattre un adversaire.
  • Lutter contre des obstacles
  • Se quereller, se disputer
  • Se donner des coups.

Au regard de ces définitions, ce qui se dégage de ces éléments sont l’aspect de devoir mettre ses gants de boxe et de dépenser une énergie folle, physique et parfois violente afin d’atteindre son objectif personnel.

Se battre pour quelque chose ou quelqu’un me ramène à l’image du guerrier.  Cette personne qui affronte physiquement l’obstacle.  Pour y arriver, elle devra user de toutes les ressources, tant physiques que psychologiques, qu’elle possède.

Deuxièmement, si on s’attarde à l’objet « contre » lequel on doit se battre, de quoi s’agit–il en fait?  Est-ce vraiment quelque chose de physique ou bien est-ce des concepts « fantômes », des valeurs qui vont à l’encontre de celles qui nous supportent au quotidien ou bien des situations qui nous frustrent?

Pourquoi se battre contre quelque chose sur lequel nous n’avons aucun contrôle? 

Pourquoi mettre de l’énergie sur des éléments extérieurs à nous?  Nous ne pouvons contrôler que ce qui part de nous.

Au final, on dépense une énergie monumentale en espérant l’emporter sur l’élément contraignant.  Lorsqu’on se rend compte que nous n’avons pas atteint notre objectif, nous nous sentons vidé, épuisé, découragé.

Quelle attitude adopter au moment où l’on se rend compte que le combat n’est pas l’attitude gagnante?

Depuis quelques années, peut-être avez-vous entendu l’expression « Être dans le flow ».

Cela signifie prendre le pouls du mouvement de la vie qui roule tout autour de nous sans essayer de lutter d’une quelconque manière contre elle, sans se braquer parce qu’on n’est pas à l’aise dans ce mouvement ni sans vouloir contrôler cette vague.

C’est cette énergie qui nous pousse à avancer vers le meilleur.

C’est se dire :

« Ok, je vais embarquer dans la vague. Je vais faire de mon mieux avec les ressources que je possède en ce moment même pour être contente de ce que j’ai réalisé aujourd’hui en sachant que je ne peux pas faire ni plus ni mieux ».

Il nous arrive parfois -- voire même souvent -- de vouloir aller plus vite que la machine.  Vous savez, vouloir mettre la charrue devant les bœufs? Ben oui, on veut tout régir et à notre vitesse.  Dans ce cas-là, on se sent brusqué, déçu, frustré, fatigué.

C’est comme mettre un bâton dans la roue d’un moulin à eau lorsque la rivière coule à débit rapide.  Imaginez la pression que ça crée dans la roue.  À court terme, le bâton va se rompre ou briser la roue elle-même parce que la pression sera trop forte.  Il en va de même pour l’être humain.

Notre défi est d’embarquer dans ce flow.  Lorsque vous y arriverez, vous sentirez en vous que tout respire bien, que vous êtes dégagé, libre et bien dans votre peau.

Bonne réflexion!

Nancy Simard, la fondatrice d’Expert Confiance

Où me retrouver?

Site web

Facebook

LinkedIn

Instagram

Chaine Youtube

 

 

 

Est-ce qu’il vous arrive de penser que tout est perdu? 


Que rien d’autre ne peut être fait? 


Que tout est joué et que vous n'avez plus aucune contrôle sur la situation vécue? 


Si oui, vous n’êtes pas seul.


Sachez que j’ai, moi aussi, passé par ce chemin sombre et inconfortable. 


C’est comme si tout espoir en moi avait été aspirée. 


Comme si j’étais devenu un « cas désespéré » et incapable de me soustraire à cette situation négative.


Comment j’en étais arrivé à ce constat?  Il faut savoir que pour en arriver à cette conclusion que tout est perdu d’avance et qu’on ne peut plus rien changer, plusieurs étapes très subtiles ont d’abord été franchies.



Quelles étapes surmonter ce centiment d'impuissance


Étape 1


Pour commencer, je me suis déresponsabilisée de la situation


En mots clairs, je décidais consciemment ou inconsciemment que je n’étais aucunement en tort dans la situation et je rejetais la faute soit sur les autres, soit sur des conditions extérieures telles que : la chance, le manque d’argent, le manque de temps, mon horaire chargé, le manque de ressources pour réussir ce que j’entreprenais, etc. 


Connaissez-vous ce comportement? 


L’avez-vous déjà emprunté? 


Avez-vous déjà utilisé des phrases comme :

  • « Ce n’est pas de ma faute, les autres ne m’ont pas aidés ».
  • « Je ne peux pas faire ....... action, je n’ai pas d’argent ».
  • « À cause du gouvernement, je subis telle situation ».


J’ai utilisé ces phrases moi aussi.



Petite histoire inspirante

Laissez-moi vous raconter une petite anecdote en lien avec la déresponsabilisation : Ce n'est pas de ma faute


Ici, je choisis la défaite « Je manque d’argent ».


Beaucoup de gens disent ne pas avoir assez de sous en poche pour faire quoi que ce soit.  J’en conviens que nous n’avons pas tous le même salaire, ni le même emploi, ni les mêmes conditions de travail.


Cet été, j’ai rencontré une conférencière qui nous racontait qu’elle travaille à temps partiel, soit 20h par semaine.  Pourtant, son compte en banque est bien plus garni que la majorité d’entre nous.  N’oublions pas qu’elle est mère monoparentale (elle élève son jeune garçon seule).  Comment y arrive-t-elle?


Elle nous racontait qu’il s’agit de faire des choix. Cela signifie qu’il faut décider intelligemment ce qu’on veut faire avec nos sous. Par exemple, j’aimerais faire un voyage dans le sud cet hiver.  J’ai l’argent, mais si je le fais, je n’aurai plus d’argent pour investir dans mes REER.


Tout est une question de choix et chaque choix a ses conséquences


Donc, il faut décider dès maintenant ce que l’on désire atteindre à moyen terme dans notre vie.


Si je décide de m’amuser, plus tard je ne pourrai plus le faire.  C’est exactement la morale dans la fable de la cigale et de la fourmi. La cigale ayant joué tout l’été au lieu de se préparer convenablement pour l’hiver, le froid venu, elle était en fâcheuse position.  Il était trop tard pour se préparer.


Que planifiez-vous à moyen et à long terme pour vous dans chacune des sphères de votre vie?


Il n’est jamais trop tard pour modifier quoi que ce soit.


Étape 2

Quand nous sommes dans une situation négative, nous avons deux choix :

  • Soit je me relève, fière et confiante, prête à changer la situation. C’est ce choix qui vous pousse en avant, le vent dans les voiles et qui vous fait grandir en tant qu’être humain.

  • Soit je reste au sol en m’apitoyant sur mon sort en voyant tout ce qui est négatif et qui ne fonctionne pas. Ce choix aspire toute mon énergie positive et détruit ma confiance en moi parce que je ne vois plus ce qui est bon ni ce que je peux faire de mieux.


J’ai longtemps choisi le deuxième choix en me montrant comme une petite fille aux yeux des autres, pauvre de moi qui a besoin qu’on me flatte, qui me protège et qu’on fasse à ma place.



Je suis une victime, aidez-moi!

L'être humain étant un être social, il est facile de tomber dans le piège de laisser l'autre répondre à mes besoins à ma place.  Le problème c’est que si les autres ne comprennent pas que je me fie sur eux parce que je ne leur ai pas dit mes attentes, j’ai l’impression que tout est perdu d’avance, que rien ne peut changer parce qu’ils ne le font pas à ma place.... et moi non plus!  Je me sens alors vaincue.


Ce n’est pas étonnant, j’ai abandonné. J’ai laissé tomber avant même de pouvoir réussir. 


Donc, je vis de la culpabilité face à moi-même (si vous souhaitez en savoir davantage sur la culpabilité: Cette culpabilité qui détruit notre confiance en nous

 

Je ne suis pas fière de moi. 


En me regardant dans le miroir, je vois la honte dans mes yeux. 


Comment m’aimer quand je me déteste pour le choix que j’ai fait de m’abandonner moi-même?


En agissant ainsi, je perds tout pouvoir sur la situation et j’ai l’impression que je ne possède aucune ressource pour vaincre ma difficulté.


Vous souhaitez poursuivre votre lecture en lien avec la Victimisation



Des solutions pour s’en sortir


Sachez que vous pouvez vous sortir de cette spirale négative; j’ai réussi.


En premier lieu, posez-vous la question :

Qu’est-ce que je peux faire maintenant, si petite soit l’action, pour changer la situation?


Il n’est pas nécessaire d’avoir des pouvoirs magiques pour y arriver ni faire des actions gigantesques.  Seulement un petit pas dans la direction qu’on veut prendre.  Par exemple :

  • Aujourd’hui, j’évite de dire « Je ne suis pas capable ».
  • Aujourd’hui, je souris à un inconnu.
  • Aujourd’hui, je me permets de faire 1 activité qui me plaît.


En deuxième lieu, si les pensées d’emballent dans votre tête et vous amène vers des peurs, des doutes ou bien un futur sombre, arrêtez immédiatement de suivre ces pensées; elles vous entraînent une fois de plus dans ce chemin que vous cherchez à éviter. 


Revenez à ici et maintenant en faisant l’action que vous pouvez faire pour améliorer la situation
.  Seulement ça.  Vous constaterez que votre corps se calme et que vos pensées négatives diminuent drastiquement.


Je vous souhaite une belle pratique et sachez que vous y arriverez : je crois en vous!



À votre confiance!

Nancy Simard, la fondatrice d’Expert Confiance

Où me retrouver?

Site web 

Facebook 

LinkedIn 

Instagram 

Chaine Youtube

Image Alt

infolettre

Inscription infolettre

View more
Image Alt

NancySimard

Qui est Nancy

View more
Image Alt

NosProduits

Liste de nos produits

View more