Deprecated: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; plgSystemNicePayPalBtn has a deprecated constructor in /var/www/vhosts/expertconfiance.com/httpdocs/plugins/system/nicepaypalbtn/nicepaypalbtn.php on line 35
Je visualise donc je suis
user_mobilelogo

Déja paru : Confiance en soi

 

Drôle de titre n’est-ce pas?


On dit que le cerveau est une machine puissante au-delà de tout ce que nous connaissons.  C’est vrai. 


Aujourd’hui, nous allons discuter ensemble d’une manière de nous en servir pour nous propulser vers la réussite dans notre vie.  


L’outil que je m’apprête à vous partager est d’une puissance redoutable pour toute personne qui en maîtrise l’utilisation : il s’agit de la visualisation.  Suivez-moi!



D’où vient-t-elle?

La visualisation aurait vu le jour grâce au docteur Carl Simonton, un cancérologue américain qui aurait popularisé le recours à la visualisation à des fins thérapeutiques dans les années 1970.


À cette époque, il s’intéresse aux personnes qui guérissent du cancer. 


Comment font-elles?


Quels moyens utilisent-elles?


Il commence donc à les observer et ce qu’il découvrira, il sait que ça aidera des millions de personnes à se guérir elles-mêmes, si elles utilisent la technique de la visualisation.

 

Qu’est-ce que la visualisation?

Il s’agit d’une simulation de la réalité qui active les mêmes zones du cerveau que lorsque nous sommes dans l’action même. En d’autres mots, c’est le fait de se créer une imagerie mentale qui nous fait envie au moyen de nos 5 sens + des émotions.


Selon le site Passeport santé, la visualisation « vise à mettre en oeuvre les ressources de l’esprit, de l’imagination et de l’intuition pour améliorer les performances et le mieux-être. La visualisation est cette capacité mentale que nous avons de nous représenter un objet, un son, une situation, une émotion ou une sensation. Selon son intensité, cette représentation peut déclencher plus ou moins les mêmes effets physiologiques que le ferait la réalité. »


Voici un exemple de visualisation : Je m’imagine en train de couper un citron.  Quelle odeur monte à mes narines? Est-ce que je reçois du jus de citron sur moi? Est-ce que je le jus coule sur mes doigts? Qu’est-ce que je vois en faisant l’action?



Pourquoi utiliser la visualisation?

Saviez-vous que le cerveau ne fait pas la différence entre ce qui est réel et ce qui est créé par nous? 


Par exemple, nous écoutons un film d’action. Bien que nous sachions pertinemment que des acteurs ont été engagés pour « jouer une histoire », nous nous laissons prendre au jeu et nous réagissons émotionnellement si un acteur pleure ou bien nous devenons stressé pendant une scène mouvementée.


Donc, on se sert de la visualisation pour modifier des comportements (des actions que l’on fait comme le fait de fumer, par exemple) ou des processus psychologiques (se préparer pour un examen qui approche, par exemple) et ainsi atteindre un résultat voulu.


Cela signifie que l’on peut se créer une vie qui nous fait envie à condition de respecter une procédure précise.



Des principes de base à respecter

Toujours selon le site Passeport Santé, il y quelques principes à tenir en compte pour vivre une belle visualisation. Les voici :

  1. Le respect de soi. Cela signifie qu’une bonne visualisation nous respecte en tant que personne. Si on se sent mal en la faisant, c’est que la visualisation n’est pas pour nous et ne nous correspond pas. Elle doit respecter nos valeurs de base.
  1. L’écoute de son corps. Qu’est-ce qui se passe pendant la visualisation? Est-ce que je me sens stressé?  Est-ce qu’il y a des tensions quelque part dans mon corps?  Où? Est-ce que certaines émotions font surface?  Lesquelles?
  1. Réduire les gros objectifs en plusieurs plus petits. Cela veut dire que si j’ai un objectif final trop volumineux, mon cerveau aura du mal à y croire.  Donc, pour m’aider, je vais séparer l’objectif en plusieurs petites étapes plus faciles à atteindre. Par exemple, si mon objectif est d’arrêter de fumer, je vais me choisir de petites étapes pour y arriver, tel un escalier que je monte.
  1. Se faire confiance. Le succès de la visualisation repose sur le pouvoir de la persuasion.  La personne doit croire à 100% que la visualisation qu’elle fait réussira.  Aucun doute là-dessus.



Comment bien visualiser?

Selon les capacités de détente de la personne et sa facilité à utiliser son imagination, une visualisation peut durer de 30 minutes ou davantage.


S’il est difficile de se créer ses propres visualisations, on peut recourir à des méditations guidées.



Afin de bien réussir notre visualisation, nous devons respecter 5 étapes :

  1. Je m’inclus dans ma visualisation. Pour ce point, il y a deux manières de procéder : Soit je me vois sur un écran de télévision. Soit, je suis l’acteur principal de ma visualisation en vivant dans mon corps ce que je suis en train de créer dans ma tête au moyen de mes 5 sens et des émotions ressenties.
  • Qu’est-ce que je vois dans ma visualisation?
  • Qu’est-ce que j’entends pendant ma visualisation?
  • Quelles odeurs je peux sentir?
  • Quels objets / personnes je peux toucher?
  • Qu’est-ce que je goûte dans ma visualisation?
  • Quelles émotions je vis?

  1. Être constant. Je dois avoir le même message à chaque fois que je fais cette visualisation.  Je ne dois pas changer des éléments en cours de route ni en rajouter ou en enlever.  La visualisation doit être toujours la même pour un résultat optimal.
  1. La foi. Ici, il ne s’agit en rien d’avoir une foi religieuse mais bien d’avoir la certitude que ma visualisation va arriver dans un futur proche du moment présent. Je dois croire que c’est possible. Sinon, mon cerveau n’y adhèrera pas et rien ne changera dans ma vie.  Cela veut dire que les doutes et les peurs ne doivent en aucun cas interférer dans ma visualisation. Si c’est le cas, je refais la même visualisation plus tard avec les mêmes éléments.
  1. Aller chercher des contre-exemples pour défaire les programmations que je ne veux plus avoir. Dès que j’ai pris conscience que certaines idées me nuisent, je peux travailler à les défaire. Par exemple, si je pense qu’il faut travailler dur pour gagner de l’argent, je connais sûrement quelqu’un autour de moi, de près ou de loin, qui a gagné de l’argent facilement.  On fait une jambette à notre cerveau en lui servant la preuve que l’idée à laquelle il adhère n’est pas aussi certaine qu’il le croyait.  En faisant une brèche dans notre idée, on peut la changer en y insérant notre visualisation.
  1. Ressentir l’émotion profonde lorsque j’aurai atteint mon objectif. Ce point est vital. Oui, il est essentiel d’inclure les 5 sens dans notre visualisation pour lui donner « corps » et permettre au cerveau de bien s’immerger de notre nouveau message.


Cependant, si je n’inclus aucune émotion dans ma visualisation au moment où j’aurai atteint mon objectif, elle serait de faible intensité et donnera de faibles résultats aussi. Il faut ressentir une forte joie si on décide de l’ajouter à notre visualisation,  Si c’est de la fierté, on doit vibrer de fierté et la ressentir au maximum.

 

 

Par exemple, je me visualise réussir un examen.  Voici une visualisation que les étudiants peuvent faire avant un examen, elle est très puissante à condition de respecter la procédure de la visualisation.

  • Je me vois à l’endroit où je serai au moment où je passe mon examen.
  • Qui est là aussi?
  • À quel moment de la journée?
  • Fait-il chaud ou froid dans la pièce?
  • Est-ce que je j’entends des bruits autour de moi?
  • Est-ce que je mâche une gomme? À quelle saveur?
  • Est-ce qu’il y a des odeurs?
  • Ensuite mes émotions. Je me sens en confiance pendant mon examen.  Je sais que j’ai bien étudié et mon corps connaît les réponses qui viendront sans que j’aie à les chercher.  Je me sens calme et détendu.  Mon examen est un succès et je reçois une bonne note.



Est-ce que la visualisation peut être dangereuse?

Il n’existe aucune contre-indication à pratiquer la visualisation et aucune limite connue à cette technique.


Aucun danger connu en rapport avec la visualisation.


Il n’y a donc aucun risque à l’essayer dans des situations variées selon ses besoins. Par exemple pour :

  • Réduire et prévenir le stress et l’anxiété tout en améliorant le bien-être.
  • Réduire les effets indésirables de la chimiothérapie.
  • Réduire la douleur.
  • Soutenir la créativité.
  • Réduire les symptômes de la migraine.
  • Améliorer la qualité de vie des gens atteints par la fibromyalgie.
  • Améliorer la réadaptation après un accident vasculaire cérébral (AVC).
  • Réduire les cauchemars chez l’enfant.
  • Réduire les douleurs abdominales chez l’enfant.
  • Améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de la maladie de Parkinson.

 

Source


Pour un résultat optimal 

Pour que la visualisation atteigne un plein succès, il est suggéré de la jumeler à d’autres techniques comme la relaxation, l’autohypnose, etc.

 



Bonne pratique cette semaine!

Nancy Simard, La fondatrice d’Expert Confiance.

Où me trouver?

Site web

Facebook

LinkedIn

Instagram

Chaine Youtube

Image Alt

infolettre

Inscription infolettre

View more
Image Alt

NancySimard

Qui est Nancy

View more
Image Alt

NosProduits

Liste de nos produits

View more