Deprecated: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; plgSystemNicePayPalBtn has a deprecated constructor in /var/www/vhosts/expertconfiance.com/httpdocs/plugins/system/nicepaypalbtn/nicepaypalbtn.php on line 35
La peur du jugement et ma confiance
user_mobilelogo

Déja paru : Confiance en soi

 

Qu’est-ce que la peur du jugement des autres?

C’est le fait d’accorder trop d’importance à ce que pensent les autres.


La peur en soi est un mécanisme de défense provenant de notre corps qui nous avise d’un possible danger.


Cependant, ce danger n’existe pas toujours. 


SITUATION 1

Par exemple, je me promène dans le bois et j’aperçois un ours. Dans cette situation, oui, le danger est bel et bien réel.


SITUATION 2

Cependant, il arrive souvent que les personnes s’imaginent un ours dans leur tête : il est fait de telle ou telle manière, il agit de telle manière, etc . C’est ici que le danger n’existe pas.


La peur du jugement des autres se situe dans la deuxième situation, la création d’un danger de tout pièce.  En fait, cette peur est engendrée par le jugement que je me fais à moi-même et que je pense ensuite que les autres me feront.


Au début de notre vie, notre peur est plus élevée parce que nous n’avons pas assez de vécu pour bien comprendre la situation et ainsi nous dissocier de la réalité… ou de la fiction!  Au fur et à mesure que les années vont passer et que nous allons gagner en expériences diverses, notre peur va diminuer progressivement jusqu’à peut-être nous quitter définitivement parce qu’on saura que la situation n’est pas dangereuse et nous poserons les bonnes actions pour la contrer cette difficulté.


Donc, on peut associer la peur du jugement des autres avec la peur d’une menace réelle.


La personne atteinte par cette peur ne se rend peut-être pas compte que le jugement négatif ne la détruit pas et surtout, qu’il n’a pas de répercussions aussi destructrices qu’elle l’aurait d’abord appréhendé.


Mais le point le plus important c’est que malgré la peur d’être jugé par les autres, on se rend compte qu’au final, nous ne sommes même pas critiqués.  Alors pourquoi s’en faire?



Est-ce que cette peur est complètement nuisible?

Non.  Tenir compte du jugement d’autrui nous permet de socialiser.


En prenant l’opinion des autres en compte, on comprend ce qui est important pour eux et on peut mieux faire la part des choses.


Ainsi, on prend de meilleures décisions au bout du compte.



Quand ce comportement devient nuisible?

  • Niveau trop élevé de peur du jugement.
  • Pratiquer l’évitement au lieu d’affronter les situations.
  • La confiance en nous diminue.
  • Notre estime de soi est écorchée.



Quoi faire si la peur subsiste?

  1. Il faut travailler sur la croyance (voir l’article : L'autosabotage, une question de croyances) de la personne qui s’accroche au fait que le jugement va la détruire. Probablement que sur une échelle de 0 à 10, la personne cote haut son appréhension d’être blessée ou détruite par les autres.

  1. Ensuite, aller voir du côté des répercussions négatives redoutées par la personne. De quoi a-t-elle peur au juste? Qu’est-ce qu’elle pense qu’il lui arrivera si les gens la jugent? Pourquoi croit-elle cela?

  1. Demander à la personne quand elle a vécu la critique pour la dernière fois avec des situations réelles tirées de son vécu.


OUTIL
 : Noter dans un cahier d’observations sous forme de journal intime toutes les peurs de jugement des autres seulement sans rien modifier à son comportement. Pour ce faire, noter : le lieu où c’est arrivé, les personnes qui étaient impliquées, raconter les FAITS uniquement. Le but de cet exercice est d’isoler les personnes qui déclenchent le plus cette peur de jugement : les jeunes, les vieux, les personnes d’autorité, celle de sexe opposé, etc pour en prendre conscience. En réalité, c’est mon discours intérieur dont je prends conscience, je que je me dis à moi-même : « Ah non, je ne me sens pas capable de faire ce travail et les autres vont le remarquer ! »

  1. L’affront. Il est temps d’affronter la peur ressentie.  Si la personne le fait, elle se rendra bien compte que sa peur n’existe pas; elle a plutôt été créée par moi-même. Il faut dire que la réaction normale de tout être humain est de fuir un danger.  En faisant cela, le problème c’est que la peur augmente! Je suis d’accord avec vous, si j’ai peur des avions, je n’ai pas en Chine demain matin.  Je vais commencer par aller dans un aéroport peut-être. Ensuite, je ferai des visualisations en progression pour me rendre jusque dans un avion.  De plus, je vais me renseigner sur le fonctionnement d’un avion sur internet.  Je peux même visiter un avion avec des professionnels qui me guideront dans cette étape cruciale.  Finalement, je ferai un vol de courte durée, puis un deuxième plus long, et encore un autre… Vous comprenez le fonctionnement? Si je me jette directement dans ma peur, mon anxiété fera un bond énorme et au lieu de combattre ma peur, je vais l’augmenter drastiquement. Ne passons pas de zéro à mille kilomètres à l’heure! La peur s’apprivoise tel un animal sauvage.

 

  1. Modifier nos pensées. Nos peurs partent en majorité du discours intérieur que l’on tient. On peut alors se poser les questions suivantes :
  • Est-ce vraiment arrivé?
  • Est-ce que ces pensées sont fondées sur des faits vérifiables?

Par exemple, je bégaie lorsque je fais une présentation orale.

1. Est-ce que quelqu’un m’a déjà dit que je bégaie lorsque je parle devant un groupe? Probablement que non. Donc, je me crée une peur. En en prenant conscience, c’est à moi de changer ma façon de voir les choses.

2. Si les personnes se rendent compte que je bégaie, est-ce qu’elles pensent des choses négatives sur moi?

3. Et si les personnes se rendent compte que je bégaie lorsque je parle en public et qu’elles pensent des choses négatives sur moi, est-ce si dramatique dans ma vie? Est-ce que je dois être parfait en toute circonstance? Vraiment pas, j’ai le  droit à l’erreur.


Le but de ces étapes est de faire prendre conscience à la personne qu’elle se met de la pression inutile sur les épaules en lien avec sa peur qui ne se produira probablement même pas.


Lorsque la personne en prend conscience, elle se libère d’un très gros poids et elle gagne en énergie qu’elle peut réutiliser ailleurs. La vie devient alors bien plus facile tout à coup!


Pour plus de détails sur les pensées, je vous invite à lire l’article suivant : Mes pensées, ce chef d’orchestre.


Est-ce que la peur du jugement des autres est liée à un manque de confiance en moi?

Oui parce que je ne me crois pas capable de faire une action en pensant que les autres me jugent. 


De plus, cette peur est aussi liée à un manque d’estime de moi parce que, comme nous l’avons dit plus haut, la peur provient de ce que je pense d’abord de moi et que les autres vont penser ensuite.


C’est comme un boomerang
qui part de moi avec ma peur, se dirige vers les autres et me revient de plein fouet. Pourtant, la peur part de moi…

Bonne pratique!



À votre confiance!

Nancy, la fondatrice d'Expert Confiance

Site web:

Facebook : Mes citations inspirantes.

LinkedIn 

Instagram

Chaine Youtube

Image Alt

infolettre

Inscription infolettre

View more
Image Alt

NancySimard

Qui est Nancy

View more
Image Alt

NosProduits

Liste de nos produits

View more